L’APIC, Association professionnelle des intermédiaires en crédit, vient de publier un tour d’horizon du courtage en Europe en collaboration avec Arcturus Group.

Dans cette étude, réglementation et part de marché du courtage apparaissent comme fortement corrélés. Les pays qui ont les taux d’intermédiation les plus élevés sont aussi ceux « où la réglementation est la plus forte et la plus précoce et le secteur des courtiers, le mieux organisé ».

Une forte corrélation entre réglementation et part de marché du courtage

En revanche, dans les États où la réglementation n’a été mise en place que tardivement, la part de marché des courtiers est beaucoup plus faible – c’est le cas de la Belgique ou du Portugal par exemple, où moins de 15% des crédits sont intermédiés.

Philippe TABORET, président de l’Apic, souligne que « plus le secteur est réglementé, plus les parts de marché des courtiers sont importantes, car les consommateurs comme les banques ont davantage confiance dans les intermédiaires, ce qui leur permet d’accroître leur pénétration du marché ». 

Etats Part de marché du courtage
Royaume-Uni   70 à 80 %
Pays-Bas55% à 60 %
Irlande55 à 60 %
Italie    40 à 45 %
France35 % env.
Belgique15 % env.
Portugal15 % env.
Espagne10 %
Suède8 à 10 %
AllemagnePas de données disponibles

La transposition de la Directive MCD « a été une opportunité de renforcer les législations existantes et a eu des conséquences positives pour le secteur de l’intermédiation », conclut Alain JUNG, directeur exécutif d’Arcturus Group.

Retrouvez le communiqué de presse « Étude APIC – ARCTURUS » ici

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.