Fort de 10 ans de pratique dans le notariat, Vincent BICHELBERGER nous propose une chronique au ton délicieusement provocateur sur le métier de courtier en crédit. Made in Courtage va diffuser cette chronique en 3 épisodes. Aujourd’hui, épisode 2 !

Retrouvez le 1er épisode de la chronique de Vincent BICHELBERGER en cliquant ici !

LA PHYSIQUE QUANTIQUE

C’est là que la physique quantique vient nous éclairer.

Mais que Diable fait la physique quantique dans une chronique sur les courtiers ???

Ah, quand je vous disais que parfois le temps semble ou trop court ou trop long, n’avais-je pas raison ?

Pour faire très simple, disons que le résultat de l’expérience est en fonction du regard de l’observateur.

Alors, c’est vrai que dit comme ça, comment dire, ça vient heurter « légèrement » notre conception du monde.

Vous me permettez une image ?

Disons que oui. 

Lorsque vous écoutez la radio, le présentateur dit régulièrement « Merci d’écouter Radio Madeincourtage » (au hasard pour le nom). C’est chouette que quelqu’un nous dise « Merci » dans ce monde de brutes, ça n’arrive pas si souvent que ça.

Cela vient renforcer le lien affectif entre nous et cette station de radio. Le paradoxe, c’est que c’est à la fois objectivement totalement inutile et subjectivement totalement nécessaire (ça se complique hein ?).

Inutile parce que si vous écoutez Radio Madeincourtage, vous n’êtes pas en train de : Soit ne pas écouter la radio du tout, soit, si vous écoutez la radio, une autre station que Radio Madeincourtage.

La physique quantique nous dit que nous avons créé notre réalité en choisissant d’écouter la radio ou non et cette station en particulier, mais aussi que nous renforçons notre « tunnel de réalité » en l’écoutant.

Si mon cerveau me dit que j’éprouve du plaisir à écouter cette radio, j’aurais tendance à recommencer.

Pour le courtage c’est pareil !

Le jour où vous y avez accès, tout s’éclaire sur votre parcours : Vous comprenez que quelqu’un, quelque part va vraiment vous aider dans la jungle du financement de votre futur appartement ou de votre future maison.

Le problème d’obtenir votre financement n’existe déjà plus lorsque vous avez rencontré le courtier et qu’au vu des éléments (réels et complets dois-je vous le rappeler parce que mentir à son ami ça ne se fait pas) il vous a confirmé qu’il était en mesure de s’occuper de vous et de vous négocier les meilleures conditions.

Vous venez de faire un saut quantique dans votre conscience ou « tunnel de réalité ».

Donc, en résumé, le problème n’est pas le courtage (car c’est très bon pour vous), c’est d’arriver jusqu’au courtier.

Les banques l’ont bien compris et ont multiplié les règles qui entravent le libre exercice des courtiers.

Alors, « Merci de lire cette chronique » et si je n’avais qu’un seul conseil à vous donner en matière d’acquisition immobilière ce serait de TOUJOURS faire appel à un courtier en ne vous approchant jamais d’un simulateur en ligne qui appartient à une banque ou pire, d’aller voir « votre » (enfin, le nouveau conseiller qui doit tout réapprendre de vous et change les règles parfois) conseiller bancaire.

Répétez après moi, comme pour le Fight Club, il y a des règles à respecter mais là il n’y en a que trois (Tout le monde doit y arriver) :

  1. Premièrement d’abord aller voir son courtier ;
  2. Deuxièmement n’aller voir que son courtier (ni simulateur, ni banque ni un autre courtier) ;
  3. Troisièmement n’aller voir que SON COURTIER.

Compris ?

Bon, mais là, c’est trop facile, vous lisez une chronique sur les courtiers d’un blog qui s’appelle « Madeincourtage ».

Les courtiers l’ont bien compris alors pour pouvoir servir leurs clients, la condition sine qua non c’est d’avoir des clients.

Et bien c’est vers les agences immobilières que certains se sont tournés. Mais tout a un prix, et aujourd’hui il est exorbitant.

Retrouvez le dernier épisode de la chronique de Vincent BICHELBERGER lundi 27 mai prochain !

Pour en savoir plus sur Vincent : visitez son profil LinkedIn

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.