Made in Courtage – Bonjour Alexis ! Tu as créé tout récemment « Prêt à Assurer », où tu mets en avant l’expérience du « phygital » dans la relation client. Peux-tu nous présenter ton activité ? 

Alexis THUOT – Bonjour Eric,

Je suis courtier spécialisé en assurances de personnes. Notre cœur de métier est l’emprunteur, la santé et la prévoyance du particulier et du professionnel.

Notre business plan est simple : être recommandés par des professionnels de la banque, du crédit et même de l’assurance.

Nous trouvons pour les banquiers des solutions d’assurance emprunteur pour les risques aggravés de santé, pour les sportifs et les professionnels. Notre différence : un seul questionnaire santé pour une étude multi compagnies. Chez prêt à assurer, nous avons négocié des partenariats avec des courtiers en prêts et rachat de crédit qui ont la même vision que nous de l’accompagnement client et de l’expertise. Cela nous permet ainsi de mettre en relation nos clients ou prospects avec de très bons professionnels. Sans oublier que cette mise en relation est gratuite. Evidemment, il nous rendent la pareille lorsque qu’ils détectent des besoins en assurances de personnes. Et concernant les partenariats avec des assureurs, nous les sollicitons sur des risques comme l’IARD, et ils nous recommandent de la même façon sur des produits comme l’assurance de prêt ou la santé qu’ils ne maîtrisent pas ou moins. Je pense que nous ne pouvons pas être bons dans tous les domaines, et les clients apprécient la franchise de dire que nous maitrisons pas tel domaine mais que nous allons leur trouver un spécialiste.

Nous avons développé un site internet avec un comparateur pour chaque produit, permettant à nos clients et prospects de pouvoir rapidement avoir un tarif.

Comme tu le disais, le phygital est pour moi essentiel dans notre développement. J’ai fait le choix, sur nos comparateurs, de ne pas faire de souscription en ligne car je souhaite accompagner le client dans son choix d’assurance. L’alliance entre le digital et le physique nous permettra de pérenniser notre portefeuille et surtout de créer une relation de confiance avec nos clients.

 

PAA_logo-05
Prêt à assurer

Comment est née l’idée de créer Prêt à Assurer ? 

Je suis dans le domaine de l’assurance depuis l’âge de 22 ans et j’avais envie d’un nouveau challenge. Le nom m’est venu tout naturellement, je voulais à la fois mettre en évidence l’assurance de prêt mais également le fait de faire le maximum et d’assurer pour nos clients.

En créant Prêt à assurer, je souhaitais rassurer les gens vis-à-vis de l’assurance, car pour beaucoup, l’assurance est anxiogène et paraît souvent très compliquée.

C’est d’ailleurs pour cela que j’ai créé le pack Sérénité + ainsi qu’ un logo un peu différent avec des couleurs moins classiques et le fameux « On marche pour vous ».

L’offre « pack Sérénité + » : en quoi consiste-t-elle ?

Le pack sérénité c’est 3 engagements envers notre client.

Comparer : analyse des besoins et proposition de 3 offres minimum.

Orienter : conseil de l’offre la plus adaptée avec, pour plus de transparence, le montant de notre rémunération.

Accompagner : prise en charge de la résiliation de l’ancienne assurance et accompagnement dans la gestion et la réévaluation du nouveau contrat.

Tu remarqueras que les initiales sont « COA », appellation d’un courtier en opérations d’assurance par l’ORIAS.

Par ton parcours, tu as exercé en BtoC et en BtoB. Cette double compétence est-elle essentielle lorsque, comme toi, on se lance en création d’entreprise ?

Oui bien sûr. Cela me permet aujourd’hui de développer des partenariats avec des banques ou même avec certains réseaux du courtage en crédit et assurances, chose que je n’aurais pas pu faire auparavant. Le poste d’inspecteur commercial m’a apporté beaucoup sur le plan du développement commercial Btob.

Et concernant le Btoc, oui c’est essentiel, car je dois rapidement trouver des clients, et avec un réseau de conseillers indépendants en assurances (MIA), c’est plus facile. Les partenariats avec les professionnels sont toujours un peu plus longs à mettre en place.

Lors de la création de Prêt à Assurer, les compagnies t’ont-elles apporté leur soutien ? 

Non, pas spécialement, mais ma petite expérience de 10 ans dans l’assurance m’a permis de tisser des liens avec certaines compagnies et certains inspecteurs. Et aujourd’hui c’est plus facile pour négocier avec eux, on travaille en totale confiance.

Et évidemment je tenais à remercier Elois assurances « Simulassur by Elois » où j’ai été inspecteur durant 1 an et demi. C’est une société au sein de laquelle j’ai appris énormément en peu de temps et où j’ai rencontré des personnes très humaines et extrêmement professionnelles, du fondateur d’ELOIS Eric Fallard, à la gestion et à l’équipe commerciale.

Après quelques mois d’activité, peux-tu nous livrer tes impressions sur le démarrage ? 

Pour être très sincère avec toi Eric, pour l’instant cela se passe comme je l’avais prévu. Les professionnels commencent de plus en plus à me recommander auprès de leurs clients, et je suis en plein recrutement de conseillers indépendants (MIA), afin de me développer plus rapidement. J’aimerais pouvoir, en 2020, avoir un mandataire par département dans le Grand Est.

Apres 3 mois d’activités, j’ai 2 mandataires, un sur le secteur du 54 et l’autre dans le 57.

Le monde du courtage évolue sans cesse : réglementation, concentration des acteurs, nouvelles techno… Et le client, dans tout ça ?

Oui, il y a de plus en plus de réglementations, RGPD, DDA dans quelques mois… Mais je pense que c’est une bonne chose pour notre métier. Cela va renforcer la confiance avec le client et le rassurer. Concernant les nouvelles technologies, c’est un vrai gain de temps pour nous courtiers, ce qui nous permettra de nous concentrer sur notre métier, le conseil. D’où l’importance du Phygital…

Quelques mots sur l’assurance de prêt ?

A ce jour, le marché est toujours détenu par les banques à 85%. Les différentes lois concernant l’emprunteur depuis 2010 n’ont pas permis de faire basculer le marché vers les compagnies d’assurances spécialisées. Depuis janvier 2018, il y a la possibilité de résilier à échéance son contrat emprunteur (amendement Bourquin) mais pour l’instant le bilan est plutôt mitigé. Entre les problématiques de la date d’échéance car chaque banque a son propre fonctionnement et les refus pour non équivalence de garanties, la partie n’est pas gagnée…

Pour ma part, j’ai des partenariats avec des banques sur les risques aggravés, je me vois mal faire de la résiliation en masse et me mettre en porte à faux avec eux.

Merci beaucoup Alexis pour t’être prêté au jeu des questions / réponses Made in Courtage ! A très bientôt !

Merci Eric pour ton interview et bravo pour la réussite de ton site Made in courtage.

 

THUOT-Alexis_058_avec_logo
Alexis THUOT

Mon parcours

Apres des études commerciales, j’ai obtenu un BTS Assurances en 2007.

J’ai rejoint en tant que mandataire la société AOF (cabinet de courtage dans la Meuse spécialisé en santé et prévoyance).

Tout naturellement, j’ai décidé en 2013 de prendre 50% des parts de la société et donc de m’associer avec Jacques Choquet qui m’avait tendu la main quelques années plus tôt.

En 2016, suite au départ en retraite de mon associé, je décide de vendre la société et de rejoindre Elois Assurances, courtier grossiste spécialisé en assurance de prêt, en tant qu’inspecteur commercial dans la région Est.

Mai 2018, je deviens Président de la SAS PRET A ASSURER.

Publicités