Notre rubrique « Parole de Courtier » donne la parole aux intermédiaires en crédit ou en assurance, pour présenter leur activité, leur vision du métier et les évolutions des pratiques. Aujourd’hui, madeincourtage.fr interroge Pascal HANSEN, de SAUVEO.

Made in Courtage – Bonjour Pascal ! Tu exerces dans le milieu du courtage depuis 14 années. Quels sont les faits marquants selon toi depuis ces 14 ans ? 

Pascal HANSEN – Bonjour Eric. Pour moi le principal fait marquant est l’éclatement de la bulle immobilière de 2008. J’ai vraiment constaté un avant et un après. Avant cet éclatement il était facile de financer des clients même en 110%. Après 2008 c’est devenu très compliqué. Je trouve qu’aujourd’hui les conditions d’octroi se sont considérablement durcies et que la notion de risque est bien plus présente qu’avant, même sur des dossiers « simples ».

La réglementation en matière d’intermédiation bancaire a beaucoup évolué – ORIAS, formation continue… Le paysage des IOB a beaucoup changé : une conséquence logique à la mise en place de la réglementation ? 

La conséquence logique de cette mise en place est une professionnalisation de notre métier. Cette professionnalisation fait qu’aujourd’hui nous sommes plus à même de répondre aux différentes demandes de nos clients et surtout de mieux les satisfaire en les conseillant et en étant force de proposition concernant le montage de leur dossier.

Après 10 ans passés chez l’un des acteurs majeurs du courtage en crédit, tu as choisi de rejoindre une nouvelle structure, SAUVEO. Peux-tu nous présenter ta nouvelle activité ? 

Chez SAUVEO je fais aussi du courtage – simplement aujourd’hui je travaille sur des problématiques bien particulières avec des dossiers complexes. SAUVEO a une approche plus patrimoniale des dossiers et propose des solutions alternatives qu’aujourd’hui une banque de dépôt n’est plus à même d’offrir à ses clients

logo sauveo

Quelles solutions différenciantes offres-tu à tes clients ?

Lorsque nous étudions un dossier nous allons raisonner « patrimoine » en proposant de vrais prêts hypothécaires. Nos partenaires vont avant tout se baser sur la valeur des biens en garantie. Nous allons aussi faire attention à la rentabilité locative des biens et pour calculer l’endettement procéder systématiquement à un calcul en diférentiel sur des prêts pour des investissements locatifs. Nous pouvons aussi proposer des prêts Infiné afin de réduire l’endettement

Y a-t-il eu des contraintes particulières pour ouvrir un partenariat avec ces établissements étrangers avec qui SAUVEO travaille ? 

Globalement non – à part peut-être parfois la barrière de la langue !

Un exemple pratique de dossier ?

Je viens juste de finaliser le dossier d’un couple qui avait fait un prêt Infiné auprès d’une banque étrangère. Leur problématique était qu’ils souhaitaient refinancer ce prêt et avoir une ligne de crédit supplémentaire. Ils ont contacté la totalité des banques françaises et n’ont obtenu qu’une seule et même réponse : « nous ne pouvons faire ». Ils ont été très surpris lorsque je leur ai dis que j’avais potentiellement la solution. Nous avons donc monté le dossier, je l’ai envoyé à un de mes partenaires et aujourd’hui les clients sont en attente de leurs offres de prêt.

Pour nos lecteurs, est-il possible de travailler en indication d’affaires avec SAUVEO ?

Bien entendu. Je serai ravi d’étudier n’importe quel dossier et de le présenter à mes partenaires à la condition qu’il remplisse les critères d’éligibilité et que le client soit d’accord de faire affaire avec un organisme étranger.

Pascal, merci beaucoup pour avoir répondu aux questions de Made in Courtage. A bientôt !

 

Photo P HANSEN
Pascal HANSEN, key account manager de SAUVEO

Mon parcours

Après l’obtention de mon diplôme de commerce chez NEGOCIA je suis entré chez EMPRUNTIS en tant que chargé de clientèle en crédit immobilier en 2004.

En 2007 j’ai intégré la cellule RAC et en 2008 suis retourné sur le plateau afin de prendre la responsabilité d’une équipe commerciale. En 2014 j’ai rejoint un courtier spécialisé en RAC et ensuite je suis parti retrouver mon ancien chef de plateau d’EMPRUNTIS qui entre-temps avait monté sa société de vente de leads.

En 2017 je suis arrivé chez SAUVEO pour réorienter cette structure vers le marché de niche sur lequel nous sommes aujourd’hui

Publicités